Découvrez plus de 70.000 biens
dont plusieurs milliers proposés
ici et nulle part ailleurs
Bienvenue chez CENTURY 21 Daumesnil, Agence immobilière PARIS 75012

Foire du trône

Publiée le 21/05/2011

La fête du Trône est née au 10ème siècle. En 957 une famine s'abat sur le village de Piquepusse, de ce fait, des moines Antonins ont eu l'idée de fabriquer du pain avec du seigle, du miel et des épices ce qui a donné naissance aux pains d'épices et de le distribuer aux habitants. Et depuis cette date chaque année il y avait une fabrication et une distribution de pains d'épices à l'abbaye de Saint-Antoine-des-Champs d'où le nom de Foire Saint-Antoine. Pendant la révolution l'abbaye fut détruite .

En 1805 la foire renaît sous une autre forme comme une petite fête foraine. En 1841 les forains sont autorisés à occuper le rond point de la place du trône et devient le centre de la fête.

 

Au fils des années la foire grandie et connaît un essor inattendu. En 1805  il y avait une vingtaine de forain, en 1872 ils sont 1200 et en 1880 ils sont plus de 2400.

En 1883 la foire occupait la place de la Nation, l'avenue Phillippe-Auguste, le boulevard Voltaire. L'avenue Taillebourg, de Bouvines, de Bel-Air, Dorian, le cours de Vincennes, et le boulevard de Charonne. La foire commençait le jour de Pâques et durait 15 jours et à partir de 1861 une prolongation de 8 jours a été accordée.

 

 

                        

Le préfet Haussmann rend le 21 mars 1861 la place payante (10 centimes par mètre de façade de stand et par jour). A partir de là la fête foraine connaît un léger déclin.

 

Après la guerre 1914-1918 la foire connaît un renouveau, quelques années plus tard les riverains se plaignent, et les difficultés de circulation obligent de déplacer la fête foraine sur la pelouse de Reuilly. La nouvelle foire du Trône  est inaugurée en 1964.

 

La foire du Trône a évoluée; au fur et à mesure des années. Les théâtres de marionnettes, et les petits cabarets de danse furent remplacés par des manèges et d'autres attractions plus modernes. 

                 

 

 

Notre actualité